Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Phoebe

Le blog de Phoebe

Une autre manière de traiter, de décrypter et de comprendre ce que l’on nous donne à voir, à écouter, à lire…


LA 36ème CHAMBRE DE SHAOLIN : PRÉSENTATION

Publié par Phoebe sur 4 Janvier 2016, 11:22am

Catégories : #Chroniques cinématographiques

LA 36ème CHAMBRE DE SHAOLIN : PRÉSENTATION
LA 36ème CHAMBRE DE SHAOLIN : PRÉSENTATION

NB : Attention cet article dévoile tout ou partie du film.


Titre : La 36ème chambre de Shaolin

Titre original : Shao Lin san shi liu fang

Titre anglais : The 36th chamber of Shaolin

Réalisation : Liu Chia-liang

Scénario : Kuang Ni

Pays : Hong-Kong

Année : 1978

Genre : Wu Xia Pian

Synopsis : Face à l'oppression du peuple chinois par les Mandchous, le jeune étudiant Liu Yude rejoint la Résistance, jusqu'au jour où ses activités sont découvertes, entraînant le massacre de sa famille et de ses amis. Traqué par l'ennemi, Liu décide de rejoindre le temple de Shaolin dans le but d'apprendre le Kung-Fu. C'est avec difficulté qu'il se fait accepter par les moines, qui d'ordinaire, refusent de communiquer leur art aux laïcs. Rebaptisé San De, le jeune Liu Yude entame un parcours initiatique qui passera par une série d'épreuves se déroulant dans 35 chambres différentes...

Problématique : Comment le réalisateur Liu Chia-liang montre l'entraînement aux arts martiaux à travers la philosophie bouddhiste ?

Axes d’étude : Avant de commencer toute analyse, il est important de posséder quelques connaissances sur l'histoire de la Chine et celle du monastère de Shaolin, sur l'histoire du cinéma chinois, sur certains préceptes bouddhistes ainsi que sur le confucianisme. Cela permet en outre de bien saisir les subtilités du film qui vont au-delà d'un simple film de Kung-Fu.

 

INTRODUCTION

 

En 1978, le genre cinématographique Wu Xia Pian a été délaissé au profit du Kung Fu Pian et les films avec Bruce Lee sont de plus en plus connus en Occident.

Liu Chia-liang, qui est à la base directeur des combats sur de nombreux films hongkongais et cantonais, mais également un maître de Hung Gar, passe à la réalisation et s'inspire du film « Shaolin Martial Arts » (Chang Cheh, 1974) pour mettre en scène « La 36ème chambre de Shaolin ». Pour cela, il décide de mettre l'accent sur l'importance de l'entraînement des arts martiaux et s'applique donc, grâce à un travail minutieux de la mise en scène et de l'image, à décrire scrupuleusement l'initiation de son personnage, Liu Yude, dans les différentes chambres du monastère, ce qui permet au spectateur de suivre l'évolution de ce dernier.

 

Liu Chia-liang était un réalisateur très populaire. Il n'était pas un leader du genre mais se voulait proche de « Monsieur Tout le Monde » et cela se voit dans ses films. D'ailleurs, il mettait toujours en scène des personnages très ordinaires. C'était un cinéaste qui n'exprimait ni mépris, ni dégoût envers la société et dans ses films, beaucoup de scènes d'action s'inspirent de la vie de tous les jours et met en scène des personnages qui évoluent dans un environnement quotidien.

Le réalisateur s'applique également à filmer la quotidienneté et l'importance de la vie au monastère de Shaolin, en tant que lieu mythique des arts martiaux, car les moines Shaolin sont, non seulement craints par l'ennemi, mais également très respectés, car ils possèdent une très grande connaissance du bouddhisme et du Kung-Fu.

 

LE CONTEXTE HISTORIQUE : LE MONASTERE DE SHAOLIN

 

« Etre, c'est s'affirmer, prendre ses responsabilités. L'eau supporte le bateau ou le renverse. La technique protège mais peut aussi tuer. La responsabilité se nourrit de la vertu. L'acte doit être bon pour le pays et le peuple. Les héros ont leur lieu. Les braves accomplissent par eux-mêmes ».

 

Les arts martiaux de Shaolin sont célèbres et ce monastère est connu dans le monde entier. Il est situé dans la chaîne du Songshan (ou Mont Song) dans la province du Henan. C'est le mont Shaoshi et le terme « lin », qui signifie « forêt » qui lui ont donné son nom : Shaolin et les histoires de ce monastère ont fait le tour de la planète.

Surplombant la rive sud du fleuve Jaune, le mont Song est l'une des cinq montagnes sacrées de Chine, également connue sous le nom de montagne du Centre. 
Selon le taoïsme, le monde est constitué de cinq éléments, chacune des montagnes sacrées représente l'un d'entre eux. Le mont Song symboliserait la Terre.


Le Kung-Fu de Shaolin serait apparu sous la dynastie des Wei du Nord ou Bei Wei, il y a environ 1500 ans. Les Wei du Nord est une dynastie de la période des Seize Royaumes (316-439 après J.C.), comprenant également les dynasties du Nord et du Sud (420-589 après J.C.). Cette dynastie régna sur la Chine entre 386 et 534.
Shaolin comporte deux écoles, celle du Nord et celle du Sud.

 

LE SHAOLIN DU NORD ET DU SUD

 

Le style du nord vient du temple Shaolin situé dans le Henan (autrefois Honan, qui signifie « au sud du fleuve »), province située au centre-est de la Chine, et réunit tous les styles situés au nord du fleuve jaune (« Huang He »). 

Le style du sud vient du temple Shaolin de Fujian et réunit tous les styles situés au sud du fleuve jaune. Le Fujian est une région côtière située dans le sud-est de la Chine. Ce monastère fût incendié sous l'empereur Qianlong (1711-1799), qui régna sur la Chine entre 1735 et 1796, quatrième empereur de la dynastie Qing (âge d'or de la civilisation chinoise, apogée de la dynastie Qing).

Les deux écoles utilisent dans leur base le système imitant l'attitude de cinq animaux : dragon, serpent, grue, tigre et léopard (Cf. Article Blog de Phoebe : « Les Cinq animaux et les Huit pièces de brocart »).

Selon la légende, cinq moines s'échappèrent de Shaolin du sud et créèrent par la suite l'école Hung. Ces « Cinq ancêtres de Shaolin » voulaient renverser les Qing, dynastie mandchoue.

Pour les amateurs de Rap français, le groupe IAM évoque d'ailleurs cette histoire, en ayant adapté les paroles dans la chanson « Quand tu allais, on revenait » (Album « L'Ecole du micro d'argent » - 1997).

Lien chanson IAM : https://www.youtube.com/watch?v=_Bi7lP1l_DE

 

LE PERSONNAGE PRINCIPAL : QUI EST LIU YUDE ? QUI EST SAN DE ?

 

Le moine San De était un légendaire disciple en arts martiaux Shaolin qui a entraîné le Général Zhi Shan. Son vrai nom était Liu Yude. San De signifierait « Les Trois Harmonies » ou « Les Trois Vertus ». Il vécut au début du 18ème siècle et résida au Monastère de Xichang (Monastère de Muli reconstruit en 1986), après avoir quitté le Monastère de Shaolin.

Le but de San De était de renverser les Qing (dynastie mandchoue) pour rétablir les Ming (dynastie chinoise), mais un moine ne pouvait faire cela. Néanmoins, il s'avère que dans l'histoire de la Chine, les moines ont tout de même participé aux multiples révoltes populaires.

Dans le film « La 36ème chambre de Shaolin », une partie de l'histoire est fictive et l'autre s'inspire de faits réels.

Le personnage créé par Liu Chia-liang diffère sous plusieurs aspects, du moine San De issu des romans traditionnels.

Dans l'histoire populaire chinoise, Liu Yude et le moine San De sont des personnages qui ont réellement existé. Mais est-ce que le moine a créé la 36ème chambre ? Nous n'avons aucun moyen de le savoir, c'est peut-être un secret bien gardé.

Par ailleurs, l'apprentissage du Kung-Fu a toujours été réservé aux moines. Le personnage de San De a été créé, car ce dernier avait le désir (peut-être à l'image de Bodhidharma) de propager et d'enseigner ces arts aux laïcs.

Liu Chia-liang et Gordon Liu (acteur qui joue le personnage de Liu Yude/San De) pratiquent essentiellement le Hung Gar, la boxe du sud.

Il ne suffit pas de manier le sabre, l'épée ou la lance pour connaître les arts martiaux. Dans le monastère de Shaolin, le personnage découvre plusieurs choses : le travail des yeux et de la tête, c'est aussi cela le Kung-Fu.

Le moine San De est un célèbre personnage du genre cinématographique Wu Xia Pian (genre cape et d'épée). Il appartenait à l'Ecole du Sud, celle de Hung Hsi-Kuan et Fang Shi-Yu. Ces deux personnages étaient les figures dominantes du cinéma cape et d'épée. Le moine San De et Tong Qian-Jin sont très connus à Hong-Kong ainsi que dans la région de Canton. Tout le monde connaît ces personnages, surtout les jeunes, mais au cinéma, beaucoup de détails de leurs vies sont fictifs. Par ailleurs, San De est un personnage qui apparaît dans de nombreux romans chinois.


A SUIVRE : Analyse d'une séquence : « La 36ème chambre de Shaolin »

 

Sources :

Internet

« La 36ème chambre de Shaolin » - DVD Bonus


 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents