Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Phoebe

Le blog de Phoebe

Une autre manière de traiter, de décrypter et de comprendre ce que l’on nous donne à voir, à écouter, à lire…


Paprika ou la Voie du rêve de Satoshi KON

Publié par Phoebe sur 4 Janvier 2016, 07:30am

Catégories : #Chroniques cinématographiques

Paprika ou la Voie du rêve de Satoshi KON
Paprika ou la Voie du rêve de Satoshi KON

Mise à jour du 01/01/2016

Attention : cette chronique dévoile tout ou partie du récit.

 

Titre : Paprika

Titre original : Papurika

Réalisation &  Scénario : Satoshi KON

Genre : Japanimation
Pays : Japon
Année : 2006
Synopsis : Paprika est une gardienne des rêves, elle serait " une sorte d'actrice de films oniriques ". En effet, elle assure le bon déroulement des séquences oniriques de ses patients en les aidant à rêver…
Commentaire : L’incipit commence par cette tirade de Paprika, déguisée pour l’occasion en clown : « Et maintenant que le grand spectacle commence !!! »
Grand parce que magnifique car un rêve est toujours un spectacle, celui de la psyché.


Le cerveau humain est plein de mystères et les rêves sont, selon Sigmund Freud, une voie d’accès à l’inconscient, où se trouve un grand réservoir d’images, de sensations, de réalisations hallucinatoires de désirs refoulés, d’émotions, de désirs censurés depuis la petite enfance par notre conscience morale et inaccessible à l’état éveillé.


Selon Carl Gustav Jung, les rêves sont également une porte ouverte sur l’inconscient. La fonction générale des rêves est d’essayer de rétablir notre équilibre psychologique à l’aide d’un matériel onirique qui, d’une façon subtile, reconstitue l’équilibre total de notre psychisme tout entier. C’est ce que Jung appelle la fonction complémentaire (compensatrice) des rêves dans notre constitution psychique.


Le rêve participe au développement de la personnalité en même temps qu’il lie le sujet au vaste réservoir imaginaire qu’est l’inconscient collectif. Selon certaines cultures et traditions animistes, il est bon de dialoguer dans les rêves, et, dans certaines sociétés, le rêve sert à régler les conflits entre individus et à cimenter les liens au sein de la communauté.


Les rêves éclairent la vie et constituent une voie privilégiée à la connaissance de soi. Ils donnent des clés et chaque individu reçoit un véritable enseignement à transmettre en apprenant son langage. Les rêves nous conseillent, nous prédisent l’avenir, réveillent notre créativité et nous nettoient des mauvaises expériences de la vie.


C’est ce que raconte « Paprika », film d’animation nippon, qui au passage, possède une excellente musique originale.


Pour Paprika, " la dernière séquence du rêve paradoxal ressemble à une sorte de court-métrage, c’est-à-dire, à un petit film. Tandis que les rêves du sommeil paradoxal que l’on fait à l’aube sont plutôt longs, et donc plus faciles à analyser ".


" Par exemple, si l’on compare les rêves que l’on fait la nuit durant les phases du sommeil paradoxal à des courts-métrages artistiques, les rêves matinaux font penser à des longs-métrages de divertissement ".


Il faut donc savoir contrôler mais aussi discipliner ses propres rêves (désirs) quels qu’ils soient. Mais attention aux illusions car l’apparence ne fait pas tout !


« L’influence bienfaisante de la nuit doit conserver les actions faites durant la journée. Tout être se développe s’il trouve ce qui est nécessaire à son entretien » (Cf. Confucius).


Le gardien des rêves (Dream Watcher qui se trouve être également le Dream Master) dit :

«Quel terrible châtiment attend le pauvre ignorant qui a osé pénétrer et voler les rêves d’autrui ? »


Et grâce au Dream Catcher, nous avons la possibilité de pouvoir faire face à notre inconscient, cet inconnu parfois très incompréhensible parce que mystérieux et inconnu. Par conséquent, le rôle du gardien des rêves est de lutter contre les terroristes de la technologie humaine sans scrupule.

" Le cerveau est un ordinateur très performant qui sait traiter les images. On peut se servir de l’énergie du corps pour créer les images à partir de la pensée ".
 

« Le rêve est un territoire sacré qui permet d’exprimer ce que la conscience refoule. Face à l’infinie complexité des rêves, la science ne peut rien y faire ».


« On peut posséder les outils et la technique mais on ne peut devenir habile si on ne s’en sert pas. L’habileté s’acquiert que par l’exercice patient et diligent […] » (Cf. Confucius)


" Les rêves n’ont pas de limite et débarrassés de la contrainte du corps, l’âme acquiert une liberté infinie ". (Cf. la flexibilité de la croyance est une forme de liberté).


Chaque symbole du rêve véhicule une énergie propre à l’individu. Les rêves sont liés à la vibration de l’âme d’où ces différents niveaux d’énergie dans le rêve mais aussi à la sortie de notre corps subtil ou ce que l’on appelle « double ». Il est relié au corps par des liens énergétiques. Ce double peut changer de forme, voyage dans le temps et l’espace et être à plusieurs endroits, dimensions et niveaux en même temps.

 

" Voir le monde comme un rêve est un bon point de vue. Quand on fait un cauchemar, on se réveille et on se dit que ce n'était qu'un rêve. Il est dit que le monde où nous vivons n'en diffère en rien ". (Cf. Hagakure)

 
Nos rêves nous permettent d’entrer en contact avec des mondes parallèles. Ces rêves sont riches d’enseignement. Ils apportent également une inspiration créatrice et sont classés en plusieurs catégories :


LES CAUCHEMARS


Les cauchemars sont considérés comme des messagers pouvant nous aider à comprendre nos peurs. Les cauchemars sont une façon pour l’inconscient de faire comprendre au rêveur l’importance du message qu’il essaye de lui envoyer.


Il faut savoir que certains rêves peuvent exprimer nos sentiments d’infériorité, notre manque de confiance en nous-mêmes, l’angoisse que nous vivons sur le plan de la réalité, notre peur d’avoir à affronter certains problèmes, etc.


Les cauchemars se traduisent en général par des événements désagréables. Il faut faire face à nos peurs et pour cela, il est nécessaire d’utiliser la technique du rêve lucide. Cela consiste à se programmer avant de s’endormir, de la façon suivante : se dire ou penser, à la minute où le cauchemar commence. Nous devons être conscients que nous sommes en train de rêver et que nous pouvons affronter la situation sans danger. Il est possible de sortir de cette terreur et d’affronter la peur, soit en parlant avec elle, soit en la chassant, soit en la tuant. Prise de conscience des racines de cette peur et élimination définitive. Il est possible également d’utiliser un objet-talisman à glisser sous l’oreiller en guise de protection.


Dans certaines communautés nomades, il est bon d’affronter le conflit durant le rêve car il permet de régler les divers conflits et difficultés rencontrés dans la quotidienneté.


LES REVES D’ÉDIFICATION


Le rêveur est confronté à une situation vécue dans la vie réelle. Il se voit directement et physiquement engagé dans l’action. Le ressenti lié à l’événement vécu dans le rêve doit lui permettre de comprendre pourquoi une telle situation s’impose à lui de cette façon. 
Un changement de comportement s’avère quelquefois nécessaire soit pour ne plus subir, soit pour décider d’exploiter des qualités jusqu’ici ignorées ou laissées de côté.


LES REVES COMPENSATOIRES


Ces rêves aident à vivre certains de nos fantasmes (sujet liés à la sensualité, à la sexualité, à la violence ou à la colère, etc.) sans en subir les conséquences au niveau physique. Ces songes rééquilibrent la vie du rêveur. Ils font appel à des situations qu’on a tenté d’oublier. Ils nous ramènent à des éléments que nous avons négligés. Ils complètent ce qui manque dans la vie réelle et concrète.

 

LES REVES D’INSPIRATION


Les rêves nous aident à trouver la solution à un problème apparemment inextricable auquel nous avons été confrontés à l’état conscient. Il faut savoir que notre inconscient travaille en dehors de toutes contraintes émotionnelles avec une plus grande rapidité et efficacité que ne peut le faire notre esprit conscient qui se trouve réduit aux limites que nous nous fixons. 
Au réveil, nous nous surprenons à posséder en nous la solution tant recherchée.


LES REVES D’ENSEIGNEMENT


Ces rêves sont riches d’enseignements tant sur les plans spirituel, philosophique, psychologique que religieux et peuvent être dispensés par un ou plusieurs enseignants. 
Le rêveur a la sensation d’être dans la position de l’élève. Ces enseignants peuvent être visibles ou invisibles. Toujours est-il que le rêveur ressent à leurs côtés, une présence attentive et bienveillante.


LES REVES DE L’AU-DELA OU REVES ASTRAUX


Durant notre sommeil, nous sommes projetés dans des plans de réalités différentes  de celle où nous vivons à l’état conscient. Très souvent, le rêveur aura l’impression de voler. 
Ces rêves peuvent également se faire en état d’éveil. L’âme quitte le corps. Celui-ci se paralyse pour laisser l’âme s’envoler vers des zones connues ou inconnues. L’âme voyage librement vers d’autres dimensions et d’autres âmes du monde visible et invisible.


Dans ces rêves, le rêveur peut recevoir des messages venus de personnes disparues, des guides spirituels ou de toutes autres entités appartenant à un monde différent du nôtre. Ces rêves ont pour but de nous révéler notre dimension spirituelle, nos capacités parapsychiques et médiumniques.


Conseils : vie équilibrée et bonne hygiène de vie (alimentation saine, peu de viande, exercice physique, temps de sommeil (environ 8 heures), méditation et prière, cultiver des états mentaux positifs.


LES REVES PRÉMONITOIRES


Nous avons la capacité de capter une réalité quand nous dormons avant qu’elle ne se matérialise. Ces rêves apportent une information sur des événements encore à venir. Ces informations peuvent concerner ou non la vie du rêveur.


Ces rêves nous donnent la faculté de voir des événements qui ne se sont pas encore déroulés. Ces rêves sont faits par des gens qui possèdent une sensibilité particulière. De manière préventive, ces rêves servent non seulement à éviter le pire ou à s’y préparer, mais également à nos annoncer le meilleur.


Une information peut nous être donnée pour nous préparer à vivre un événement important mais difficile à supporter. Il faut chercher à comprendre de quelle façon ce rêve peut nous aider.
Des années peuvent s’écouler avant que l’on ne comprenne la portée d’un rêve. Certains sont prophétiques, d’autres sont là pour nous avertir, de sorte qu’en changeant certains comportements ou attitudes, on évitera des situations désagréables. 
Ce genre de rêves peut nous sauver la vie.


LES REVES DE DIVINATION


Grâce à ces rêves, il est possible d’obtenir une réponse à une demande que nous formulons consciemment. Pour se faire, nous devons solliciter notre inconscient dont le rôle est de traiter les problèmes qui nous préoccupent au plus haut point.
La demande doit être formulée simplement et clairement à plusieurs reprises durant la journée et juste avant le coucher. On doit recommencer jusqu’à obtenir une réponse.
L’obtention de la réponse est fonction de l’intensité du désir.


LES REVES D’ENFANTS


Ces rêves sont nécessaires à la structuration du psychisme de l’enfant. Ils se rapportent à son environnement direct, sa perception du monde concret étant réduite à une petite expérience. Les enfants sont très sensibles aux perceptions subtiles que l’adulte perd le plus souvent. Il arrive que ces rêves soient des messages à l’adresse des parents en souffrance (peur, divorce, dispute, dépression, et.) afin de ne plus en subir lui-même les conséquences.


LES REVES ÉVEILLÉS


Ces rêves s’obtiennent en se mettant dans un état modifié de conscience. On se place en stade alpha, stade où les ondes électriques du cerveau permettent la relaxation, l’intuition, le rêve sans dormir.


A ce stade, l’inconscient capte ce qu’il est parfois difficile d’accepter en état de vigilance quand les peurs, les croyances et les préjugés prennent le dessus. Le stade alpha ou stade modifié de conscience s’obtient soit avant de dormir, soit en état de relaxation ou de méditation, soit au réveil. Des visions, des images, des messages et des couleurs se forment devant les yeux fermés ou ouverts.


LES REVES D’INITIATION


Ces rêves utilisent les symboles et les archétypes de l’inconscient collectif (personnages de contes, châteaux, etc.). Ils sont uniques et ne se répètent pas. Ils donnent la mission et la direction de la vie fondamentale et sont indispensables à la réalisation et à l’épanouissement de l’être. 
Les rêves d’initiation sont destinés à des êtres en recherche.


LES REVES TÉLÉPATHIQUES


Ces rêves permettent de voir des actions qui se produisent maintenant (ici et maintenant pour le producteur des images) mais également ailleurs. Les informations se transmettent d’âme à âme. Ils concernent souvent des personnes très liées par le cœur, par l’esprit ou par l’âme.
Les personnes peuvent ne pas se connaître dans cette existence et pourtant être en lien télépathique dans une étape de leur vie où leurs échanges sont nécessaires à leur évolution.


LES REVES PSYCHANALYTIQUES


Ces rêves permettent de découvrir les failles et les forces afin que cessent les conflits intérieurs et pour résoudre ce qui pose un problème.


LES REVES RÉCURRENTS


Ce sont des rêves qui reviennent souvent. Ils transmettent un message important. Si nous n’essayons pas de les comprendre, ils reviendront hanter sans cesse nos nuits. Ces rêves peuvent être une mise en garde, un avertissement ou une préparation qui anticipe un événement important à venir.


Il ne faut surtout pas commettre l’erreur de croire que tous les rêves nous offrent de vrais conseils, ou peuvent changer quotidiennement notre vie et essayer de les suivre peut devenir un travail à plein temps.

 
C’est aussi un moyen de s’enliser dans son propre cinéma que de prendre tous les rêves pour des messages émanant d’une source spirituelle supérieure. Cela ne se passe pas comme ça. Nous devons faire très attention aux rêves et devons pouvoir discerner ceux qui ont de l’importance de ceux qui traduisent seulement les émotions, les désirs, les peurs, les espérances et les fantasmes de notre vie quotidienne.


Nos nuits sont vitales pour notre vie car elles nous permettent de nous régénérer, en nous nourrissant de l’énergie cosmique. A travers le rêve, elles nous offrent des outils essentiels pour nous guider jusqu’à notre accomplissement.
L’interprétation des rêves dépend énormément du vécu de tout un chacun. Ces associations ne constituent pas une règle absolue.


REVES ET INTERPRÉTATIONS


Pour Marion Laval-Jantet, ethnopsychiatre, le chamanisme est une chose très complexe et peut apparaître comme étant « la Voie du rêve ».


Rêves, visions ou hallucinations ?
Ce qui distingue la vision du rêve simple, c’est que l’on possède une conscience très aiguë, qu’il est possible de guider et que l’on peut également arrêter. Elle a lieu pendant le sommeil ou l’éveil.


L’hallucination est quelque chose qu’on ne contrôle pas du tout. « Les plantes sont des déclencheurs qui rendent le voyage et les visions plus faciles, mais au fond, elles ne sont pas indispensables, car on trouve les mêmes systèmes chamaniques dans l’aire subarctique, alors qu’aucun produit excitant n’est consommé ». Dans cette région du monde, c’est le tambour qui induira la transe ou état modifié de conscience.


LES FORCES DE L’INVISIBLE
L’animisme est une vision particulière du monde visible et invisible, où la plupart des formes de vies et d’objets ont un esprit et une essence semblables aux nôtres.


Ainsi, on peut donc facilement imaginer, une pierre qui chante, une plante qui danse, une rivière qui vous interpelle (comme j’ai pu le constater au cœur de la mystique forêt de Brocéliande), une montagne qui vous protège, un animal qui vous séduit.


L’intériorité des choses est ainsi traduite des choses est ainsi traduite par la présence d’esprits. Ces derniers sont capables d’émotions, de faim, de colère, de compassion, mais peuvent également posséder des défauts comme des qualités (Cf. Chroniques terriennes : Animisme & Chamanisme sur Blog de Phoebe). L’humanité n’est en outre qu’une condition.


Les peuples nomades et semi-nomades de Sibérie, le chaman est le médiateur entre le visible et l’invisible, un maître de la transe qui bondit, remue, danse, s’agite, gesticule, parce que le chaman danse et incarne souvent un animal.


L’archéologie trouve des traces de rites chamaniques dès le 5ème millénaire avant notre ère. Par ailleurs, le terme « animiste » n’a aucune signification pour ces peuples dont la cosmologie remonte aux origines mythiques, héritée de leurs ancêtres.


D’une manière traditionnelle, l’idée de fournir une compensation aux animaux que l’on chasse, tue et mange, est cruciale. L’esprit animal peut en effet s’en prendre aux Hommes, les attaquer et les dévorer à son tour pour se venger. Il est donc nécessaire de se protéger des agressions d’un esprit, qu’il soit celui d’un animal, d’une forêt, d’une colline, d’un ancêtre, d’un masque sacré. Un chaman œuvre pour protéger la communauté et ses membres.


Le chaman, qui peut d’ailleurs, soit être un homme, soit une femme, est celui qui voyage, celui dont l’âme est capable de quitter son corps pour visiter les esprits dans le monde céleste, aquatique ou souterrain, dans tous les différents espaces de la cosmologie, où il retrouve la véritable unité du monde visible et invisible.


Le chaman est une personne qui possède une perception sensorielle hors du commun. Cette sensibilité est développée grâce à un état modifié de conscience qui lui permet d’effectuer des voyages et d’entrer en communication avec les esprits.


« Le chaman garde constamment la maîtrise de ce voyage, il n’est jamais possédé. Il peut avoir des esprits auxiliaires, c’est-à-dire des esprits animaux, par exemple, qui vont venir le seconder et peuvent se loger dans son corps. Il va ainsi entamer un dialogue avec eux et maintient constamment le contrôle des interactions. C’est ce qui fait la différence avec la possession, où l’on est aliéné soi-même ».


Par exemple, en Mongolie, le don est héréditaire et est transmis par lignée maternelle et paternelle, et on ne peut s’y soustraire. En Amazonie, il est souvent élu des esprits. Mais il ne suffit pas de posséder des dons pour devenir chaman, il faut également les cultiver, tout comme dans les arts martiaux, au sein desquels il nous appartient de travailler le non-ego ainsi que les talents que la nature nous a offerte.

 
« Le voyage de l’âme est à l’évidence le plus complexe des voyages ».


Etant traditionnellement chasseurs-cueilleurs, éleveurs ou agriculteurs, les peuples animistes ont construit leur vision du monde au contact de la nature. Le milieu est un tout, tant d’un point de vue matériel que spirituel, où l’équilibre entre les différents éléments est vital. Ecologie et spiritualité ne font qu’un.


Les peuples animistes ne sont pas nécessairement les « gardiens de la nature », mais recherchent plutôt à vivre en constante harmonie avec elle. Le chamanisme se passe aisément des dogmes et des institutions. Il existe des rites d’initiation qui peuvent se manifester à travers une épreuve extrême. On dit alors que les esprits mettent le patient à mort pour le faire renaître. 


La souffrance devient alors un moyen d’apprendre et de comprendre et c’est souvent à ce stade que le novice acquiert ses esprits auxiliaires qui l’assisteront. L’intériorisation de cette expérience initiatique mène, si elle est réussie, à l’émergence d’une personnalité nouvelle, avec ses pouvoirs et à une conscience aiguë d’une autre vision du monde.


Chez les peuples animistes, la maladie résulte d’un déséquilibre, d’un désordre physique, psychique et spirituel, car tout est lié. Pour combattre la maladie, le chaman identifie avant tout les malheurs qu’il devra combattre.


Pour cela, il doit faire appel aux esprits, à son sens de l’observation, d’auscultation ainsi qu’à sa psychologie. Après avoir procédé à des rituels de divination et de diagnostic, le chaman s’apprête à lutter contre les esprits hostiles, parfois voleurs d’âme.


Durant le rituel thérapeutique, le guerrier spirituel entame alors son voyage pour récupérer l’énergie vitale du patient. Ainsi, le guerrier est confronté à de nombreux obstacles et luttes contre les êtres néfastes avec l’aide de ses esprits-auxiliaires. L’esprit du jaguar en Amazonie, de la panthère en Afrique équatoriale ou de l’ours polaire dans l’Arctique, rendra le chaman plus fort et plus féroce.


« Même en ville, les esprits sont toujours là ».


Références, bibliographie et sources :
« Le chamanisme au quotidien » - Sophie Dardenne - 2005
« Sagesse chinoise au quotidien » - Nathalie Chassériau - 2005
« Les portes de la perception » - Aldous Huxley - 1954
« Shinto, sagesse et pratique » - Motohisa Yamakage - 2006
« Sur ‘interprétation des rêves » - Carl Gustav Jung - 1987
Revue « Grands Reportages, explorer le monde » - décembre 2010


Voir également sur le Blog de Phoebe :
Chroniques « Animisme & chamanisme » # 1 : l’arbre de vie nordique
Chroniques « Animisme & chamanisme » # 2 : l’arbre de vie celtique
Chroniques « Animisme & chamanisme » # 3 : le monde des songes
Chroniques « Animisme & chamanisme » # 4 : le monde des Inuits
Chroniques « Animisme & chamanisme » # 5 : le shintoïsme
Mythologie nippone et les principaux kamis
Cf. aussi « Chroniques martiales »

Paprika ou la Voie du rêve de Satoshi KON

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents