Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Phoebe

Le blog de Phoebe

Une autre manière de traiter, de décrypter et de comprendre ce que l’on nous donne à voir, à écouter, à lire…


Etude portée sur la Voie du sabre # 3

Publié par Phoebe sur 9 Décembre 2011, 11:59am

Catégories : #Chroniques martiales

CHAPITRE DEUX : ITTOSAI SENSEI KENPÔ-SHÔ

Etude technique du Kempô par Kotoda Yahei Toshisada

« Lorsque l’âme et le sabre ne font plus qu’un, il est possible de s’adapter librement à n’importe quelle situation ».

Itou Ittosai Kagehisa (1560-1628 ou 1632), samouraï japonais autodidacte né à Izu et maître de l’école du sabre « Chuujiyou » sous la direction de Kanemaki Jisai. Il participa à trente trois duels et selon la légende, il est dit que son style était divin au point d’en être indescriptible. Célèbre pour avoir créé la « Itto-ryu Koryu » (école d’un seul sabre ou l’école d’un seul coup).

Itou étudia le sabre avec Toshinao (domestique de la maison Odawara de Hojo). Ce dernier rapporta les enseignements d’Ittosai dans le manuel de sabre du professeur Ittosai. Maître Ittosai s’insurgeait contre la tendance qui conduisait de nombreux maîtres du sabre à ne discuter que de théories irréalistes au lieu de s’attacher à l’entraînement véritable. Bien que la théorie et la technique soient comme les deux roues d’une charrette, l’auteur affirme que l’entraînement physique et l’apprentissage des techniques doivent venir en premier. L’importance de la quête réside dans la recherche de justice et de moralité. Il est impossible d’emprunter la voie du sabre en s’appuyant uniquement sur des théories abstraites.

Les écrits mettent l’accent sur le sabre et de son utilisation. Il est très important de comprendre que la pratique du sabre est un art martial qui fournit les bases qui permettent, par la suite, d’apprendre à focaliser ses énergies et sa force intérieure, afin de pouvoir réaliser une grande variété de tâches difficiles dans tous les domaines de la vie.

La dextérité et la raison

La dextérité se trouve au cœur du sabre et la raison s’accomplit au travers de la dextérité. Pendant l’entraînement, il faut tout d’abord développer la dextérité. Il est nécessaire de chercher les interactions de l’esprit et du corps, les forces et les faiblesses, la légèreté et la lourdeur, la progression et la retraite. Il faut également comprendre les raisons pour lesquelles nous changeons notre technique face à l’adversaire.

La victoire vient en travaillant la dextérité et la raison. Pour acquérir la dextérité, l’esprit et le sabre doivent agir en ne faisant qu’un. Afin de pouvoir répondre à un adversaire, il est nécessaire et indispensable d’acquérir une expérience personnelle.

La victoire véritable l’emporte sur la dextérité et la raison

Un combat repose sur le changement de techniques. Il est nécessaire d’appliquer des techniques que l’adversaire ne peut anticiper. Lorsqu’un adversaire vous provoque, défendez-vous. Il faut garder en tête que votre adversaire agit et pense comme vous.

Toutes les situations répondent aux lois de la nature, répondez en vous transformant ; ne faire qu’un avec l’adversaire, comme le reflet d’une image dans un miroir.

Il est inutile de se focaliser sur la victoire car ce n’est pas un état naturel. Il faut dépasser la supériorité ou l’infériorité de la dextérité. Aspirer à d’autres dimensions qui permettent aux hommes de ne plus avoir d’adversaires. Celui qui avance ou recule devant l’adversaire se détruit lui-même.

Lorsque l’esprit et la dextérité ne font plus qu’un, la victoire ou la défaite deviennent hors de propos. Posséder le cœur et la dextérité permet d’asseoir une supériorité morale. Une fois cette étape atteinte, le sabre meurtrier deviendra le sabre de vie.

Ecrits sur l’école de sabre de Zuishin

Un sabreur doit connaître ses propres faiblesses car les situations qui entraînent la défaite sont celles qui permettent la victoire de l’adversaire. Il ne peut y avoir de victoire si on ne s’est pas préparé à la défaite. Un grand sabreur qui se retrouve victorieux a également conscience des conditions de défaite.

« Au cours d’une vie, un homme victorieux n’est pas un surhomme mais une personne qui connaît à la fois les conditions de défaite et de victoire ».

            Dominer avec dignité et gagner avec force

            La dignité est un état dans lequel l’attitude d’un individu est à la fois déterminée et correcte et ne peut en aucun cas être influencé par l’adversaire. La dignité est la capacité de dominer son adversaire sans avoir à bouger, car l’immobilité ne peut être contrôlée par l’adversaire.

La force est la capacité de dominer son adversaire par ses manœuvres. La flexibilité est la capacité d’ajuster ses actions aux circonstances. La dignité peut paraître pacifique mais à l’intérieur de cette dernière, il existe la capacité de changer afin de répondre à n’importe quelle situation. La force peut prendre différentes formes dès qu’elle entre en action. Il est donc nécessaire de faire face à l’adversaire avec dignité et ainsi il sera possible de gagner en force.

« La dignité se trouve dans la force et la force se trouve dans la dignité ».

            Réflexions sur l’intuition dans la pratique

            Il est nécessaire de s’adapter de manière intuitive tout en suivant les lois naturelles, sans avoir à calculer ses mouvements. Il faut savoir respecter ce pouvoir qui est au fond de nous. Si une personne souhaite atteindre l’état supérieur, l’âme et le corps ne doivent faire plus qu’un, ainsi l’homme possédera la connaissance et saura également la fonction du sabre.

L’état supérieur est impossible à enseigner car il n’est accessible qu’avec une pratique régulière. Une foi l’état supérieur atteint, il sera possible de s’adapter à toutes les circonstances de manière inconsciente.

            Capacité de frapper le premier

            Si une personne attaque en portant une frappe frontale, l’adversaire ripostera toujours par surprise ou par une contre-attaque. Lors d’une contre-attaque, l’adversaire répondra par une frappe frontale. Il est donc important de savoir répondre à une attaque par une forme défensive appropriée.

            Capacité de résister aux attaques

            Si l’adversaire paraît calme mais est agité à l’intérieur, il faut tirer avantage de cette instabilité, il faut le contrer sans faire usage de toute sa force. Lorsque l’âme et l’apparence paraissent toutes deux agitées, il faut attendre le moment où l’une d’elles faiblira. Dans tous les cas, ne jamais laisser l’adversaire contrôler vos mouvements, car vous vous mettez en danger. Il est possible de détruire l’adversaire en se confrontant à lui ainsi qu’à sa technique.

            Par la pratique des techniques, il est possible d’apprendre la nature du sabre, les impératifs de l’attaque, les fondamentaux et la flexibilité dans l’utilisation du sabre, ainsi que la relation entre le sabre et le sabreur. Quand l’âme et le sabre ne font plus qu’un, il est possible de s’adapter librement à toutes les situations.

Se sentir concerné par le « ma » (les intervalles de temps)

L’essence de la victoire est déterminée par le découpage du temps appelée « ma » correspondant à la relation entre deux personnes, au rythme du combat ainsi qu’à la capacité d’utiliser le tempo existant à son avantage.

Si on est conscient de cet intervalle de temps, il sera impossible de bouger librement. Lorsque cette conscience s’évanouit, il sera possible d’utiliser correctement cet intervalle.

Le « suigetsu » est un état où l’on a dépassé la technique ou le rationnel, cela signifie que l’âme est dans le « ma ».

« Si les nuages disparaissent de vôtre âme et que tout devient « suigetsu » alors rien n’est impossible ».

Le « ma » ne constitue as la distance spatiale entre vous et l’adversaire mais il enveloppe tout ce qui existe. Le « ma » est la capacité de décider dans l’instant et de réagir avec réflexe.

            Vaincre en réagissant aux mouvements initiaux de l’adversaire

            Baser sa tactique sur celle de son adversaire constitue une méthode pour gagner. Par exemple, si l’adversaire semble fort mais en fait cache une faiblesse, il est bon d’avoir l’air faible.

            « Si vous et votre adversaire avez percé les mystères de l’art, l’âme et la technique ne font plus qu’un et la question de gagner ou de perdre n’a plus lieu d’être. Déterminer quel sabre est supérieur pour en tirer satisfaction n’est pas l’objet de la confrontation, car il s’agit ici de sauver sa vie ».

 

A SUIVRE : Le miracle de la sagesse immuable par Takuan Soho

 

Source :

Tactiques secrètes : leçons de grands maîtres des temps anciens  ~ Kazumi Tabata ~ 2003

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents