Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Phoebe

Le blog de Phoebe

Une autre manière de traiter, de décrypter et de comprendre ce que l’on nous donne à voir, à écouter, à lire…


Soundfeer Czech Festival : Report

Publié par Phoebe sur 29 Juin 2012, 09:02am

Catégories : #Chroniques nocturnes

 

Soundfeer Czech Festival 07

SOUNDFEER CZECH FESTIVAL

 

Lieu : Orlik, Varvazov Ostrovec Camp

Dates : 22, 23 & 24 Juin 2012

 

Après avoir découvert le Mystik Festival en Irlande en septembre 2011, festival au sein duquel je découvris que le concept de fête dépend, hélas, des moyens qu’ont les organisateurs à leur disposition, c’est avec plaisir que j’acceptais l’invitation à venir jouer pour la sixième édition du Soundfeer Czech Festival qui se déroule chaque année en République Tchèque.

Trois jours de fête non-stop à la sauce Tchèque, ça valait bien le détour, surtout qu’en ce moment les fêtes parisiennes tournent un peu de l’œil et manquent cruellement de fraîcheur et de créativité !

J’ai pu découvrir un merveilleux petit coin de nature, situé à environ quatre-vingt bornes au sud de Prague, à quinze kilomètres d’Orlik. Le site était idéalement placé dans un petit vallon encaissé, agrémenté d’un petit ruisseau et entouré par une petite forêt ; ce qui a eu pour effet immédiat de me faire oublier le tumulte parfois infernal de la ville.


Soundfeer Czech Festival 16

 

Après avoir fait connaissance avec certains festivaliers, j’assistais aux derniers préparatifs et le festival débuta officiellement le vendredi, à la tombée de la nuit. Nuit durant laquelle je pus découvrir un magnifique ciel sans nuage et étoilé, ce qui me permit de pouvoir contempler la myriade d’astres illuminées, parsemées dans la voûte céleste et en particulier, la Grande Ourse, facilement repérable par sa forme particulière.

 

Le temps de la fête

Mon esprit étant curieux de tout découvrir en même temps, j’écoutais d’une oreille le set Techno de Woody McBride, que je découvrais par la même occasion. Un set « punchy » et criblé de basses plutôt à l’ancienne, le dancefloor était plein à craquer et les danseurs accrochés aux basses vrombissantes et déchaînées, comptaient bien ne pas en décrocher !


Soundfeer Czech Festival Woody McBride 01

 

Puis, je vagabondais au gré de mes envies, de mes rencontres et de mes discussions. Une ambiance différente de ce que j’ai pu découvrir jusqu’à ce jour, que ce soit en France, en Allemagne ou en Belgique. Ambiance joyeuse et chaleureuse, où les participants se sont retrouvés au carrefour de la linguiste, de la culture et de la musique : partage d’idées et de concepts différents permettant d’enrichir humainement et simplement tout un chacun. Deux chapiteaux, des décorations, évoquant l’immensité de l’univers et de l’espace, sur le thème récurrent des Aliens.

Quelques VJ’s se sont également relayés, projetant des peintures abstraites, aux allures colorées et bigarrées. Durant les trois jours de festival, un bon nombre de DJ’s se sont ainsi succédés.

Du vendredi au lundi, j’ai été immergée par des styles électroniques divers et variés. Le festival a d’ailleurs débuté timidement avec de la Jungle et de la Drum N’ Bass, pour diffuser en majorité de l’Acid Techno aux influences Trance. Techno et Hardtechno furent largement représentées et il fut possible de capter de temps à autres des sets agrémentés de Minimal, de House et de Tekhouse en milieu de journée, toujours en présence d’irréductibles danseurs. Sans oublier les quelqques petits concerts d'artistes venus se représenter en live aux multiples influences : électro, pop, hip hop.

 

Soundfeer czech festival 02

 

D’une manière générale, les musiques électroniques ont toujours eu un rapport étroit avec le futur, le progrès technologique, les extra-terrestres et l’espace. Et dans ce genre d’événement situé en pleine nature, il est facile d’agrémenter l’imagination d’éléments mystiques et étranges. On peut déconnecter de la réalité sans être déboussolé : il faut juste apprendre à s’adapter aux nouveaux points de repères qui se présentent à nous.

A minuit, Jeff 23, artiste connu également à travers le mouvement des Spiral Tribe, a joué un live allant de la Techno à l’Acid Techno aux influences plutôt britanniques ; ce qui me donne l’envie de dire, d’une façon plutôt taquine et bon enfant, qu’un Anglais n’oubliera jamais sa Pop Music !

Sur le dancefloor, les danseurs étaient également au rendez-vous. Un live lourd en basses et très dynamique, un set électrisant et festif, enjoignant à la danse, c’est ce qu’il nous fallait pour commencer la nuit !

Le set de Josy a eu le don de retourner le dancefloor et de le tenir éveillé en balançant des disques aux sonorités caribéennes et breakées, aux lourdes basses bien grasses comme je les aime, agrémentées de quelques petites influences classiques notamment Frank Sinatra remixé par Ixi, Flying to the Moon.

Puis, le jour pointant le bout de son nez, ce fut mon tour de jouer. Dès quatre heures du matin, je me préparais à envoyer mon mix et j’espérais de tout mon cœur garder les auditeurs sur le dancefloor durant tout mon set et désirais sincèrement leur faire écouter de nouvelles sonorités aux influences diverses dont le but premier était de faire danser les gens. D’ailleurs, certains étaient curieux d’écouter ce que j’avais à leur proposer. Le dancefloor a été au rendez-vous malgré l’heure matinale et cela m’a fait énormément plaisir de voir des sourires s’afficher sur les visages des danseurs plein de liesse ainsi que de constater ces jolies danseuses souriantes et enjouées.


Soundfeer Czech festival 05

 

L’omniprésence et la prédominance des basses m’ont plus poussé à entendre et à ressentir le son qu’à réellement les écouter avec attention comme parfois je peux le faire. Cela ne m’aura pas empêché de prêter attention à quelques sets dj’s. Du coup, cela peut avoir un impact négatif sur la composition du set du dj : trop de basses tuent les basses, mais tout le monde sait que ces vibrations régissent notre plexus solaire quand elles sont bien dosées, c’est ce qui engendre entre autre cette sensation de bien être tant recherchée lorsqu’on écoute ce genre de musiques de danses : une harmonie entre la musique, le corps et l’esprit.

 

Les impacts écologiques

 

Soundfeer Czech Festival 37

 

Outre la pollution sonore « aiguë » générant une multitude de vibrations sous la terre, dans l’air mais aussi dans l’eau, ce qui doit, avouons-le, bien perturber la faune et la flore environnante, cette pollution ne constitue pas une pollution permanente, et je tiens à la préciser.

Il serait temps de se responsabiliser et afin de ne perdre aucune crédibilité dans notre mouvement qui a déjà été assez stigmatisé, diabolisé et vilipendé pour finalement être complètement digéré par la machine capitaliste, montrer que musiques électroniques et écologie ne sont pas forcément deux choses incompatibles.

Une manière d’être plus humble face à la nature dont nous faisons incontestablement partie intégrante, ainsi que de prendre conscience que nous sommes bien peu de choses face à la puissance phénoménale et cataclysmique de notre merveilleuse planète.

 

Soundfeer Czech Festival 31

 

J’insiste sur ce point car après avoir pris conscience que c’est aussi à tout un chacun de réaliser qu’il est temps d’œuvrer pour notre habitat terrien, d’essayer d’imaginer et de réaliser les conséquences, si nous ne faisons rien et d’apprendre ou de réapprendre à observer la nature telle qu’elle se présente à nous au lieu de vouloir à tout prix la dominer et l’exploiter à outrance.

Se promener dans les bois, méditer le long d’un chemin à l’abri des rayons brûlants du soleil, observer la nature immuable, les plantes, les arbres, sentir une petite brise sur la peau, écouter l’eau s’écouler interminablement, durant le jour.

Puis, redécouvrir un autre aspect de la forêt, durant la nuit, s’apercevoir que les lucioles nous accompagnent dans notre promenade, les rochers devenant des ombres, parfois inquiétantes, ou entendre des sons quelques peu angoissants, venant perturber le silence de l’obscurité. Découvrir les choses simples et naturelles de la vie, je pense que c’est aussi important que de savoir respirer. C’est également prendre conscience des choses qui nous entourent, toutes ces choses dont l’objectif premier n’est que de prolonger la vie et d’accomplir leur destinée.


Soundfeer Czech Festival 54

 

Prenons soin de notre planète qui que nous soyons afin que les enfants que j’ai rencontré au cours de mes nombreuses promenades puissent, eux aussi dans une vingtaine d’années, apprécier les lieux, et dans l’absolu leur planète, comme je viens de le faire durant ce festival. Après trois jours de festivités, je m’appliquais à ramasser les quelques déchets qui trainaient tout en remarquant quelques actions m’indiquant que les festivaliers sont restés en majorité très respectueux de la nature et j‘en ai été très réjouie. L’ambiance générale du festival m’a prouvé que les Tchèques avaient un sens de l’organisation, un bel exemple d’autogestion.

 

Soundfeer Czech Festival 22


Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents